GADJO DILO

A la mort de son père, Stéphane part en Roumanie à la recherche d’une chanteuse inconnue dont il ne connait que le nom gravé sur une cassette: Nora Luca. Cassette que son père ne cessait d’écouter les derniers jours de sa vie. Sa quête va le mener dans un village tzigane où il va se lier d’amitié avec Isodore, se faire accepter et découvrir une culture, une nouvelle famille et l’amour. Grand Prix de la Fondation Martini pour le cinéma. Tony Gatlif Romain Duris, Rona Hartner, Izidor Serban, Ovidiu Balan, Dan Astileanu

BYE BYE BLONDIE

Gloria et Frances se sont rencontrées dans les années 80. Elles se sont aimées comme on s’aime à seize ans : drogue, sexe et rock&roll. Puis la vie les a séparées, et elles ont pris des chemins très différents. Vingt ans après, Frances revient chercher Gloria… Virginie Despentes Emmanuelle Béart, Béatrice Dalle, Stéphanie Sokolinski, Clara Ponsot, Pascal Greggory

The Master

The Master commence un peu à la manière de La Ligne rouge, un soldat en fugue mentale sur les plages du Pacifique, pendant la Seconde Guerre mondiale. Si les images de Paul Thomas Anderson partage l’éblouissement plastique du film de Terrence Malick, ici point question d’interrogation humaniste sur la nature, mais plutôt l’exergue de l’isolement de Freddie, le «chien fou», magistralement incarné par Joachim Phoenix. Plus tard, de retour de la guerre, Freddie rencontrera Lancaster Dodd (Philip Seymour Hoffman, acteur fétiche chez P.T Anderson), écrivain gourou franchement inspiré de L. Ron Hubbard, le fondateur de la scientologie. «Le Maître» tentera de dompter ce cobaye en grand désarroi. Tel les alcools frelatés que Freddie fabrique à base de n’importe quoi, le film se construit alors sur l’alchimie de la relation entre deux natures a priori immiscibles et poursuit la thématique récurrente du cinéma de Paul Thomas Anderson, la peinture du rapport de filiation recomposée, empreinte de violence souterraine (There Will Be Blood). Mais plus singulièrement dans The Master, le cinéaste remise quelque peu son métronome et s’ouvre davantage au désordre (chronologie incertaine, quasi onirisme), sa mise en scène faisant habilement écho à la lutte entre le maître et son disciple désordonné. Paul Thomas Anderson Joaquin Phoenix, Philip Seymour Hoffman, Amy Adams, Jesse Plemons, Laura Dern