SIGARA WE KASS

Un grand medecin est tiraille entre l’amour de sa femme, danseuse, et celui d’une infirmiere de son service. Niazi Mustapha Samia Gamal, Dalida

Une Séparation

Lorsque sa femme le quitte, Nader engage une aide-soignante pour s’occuper de son père malade. Il ignore alors que la jeune femme est enceinte et a accepté ce travail sans l’accord de son mari, un homme psychologiquement instable… Asghar Farhadi Leila Hatami, Peyman Moadi, Shahab Hosseini, Sareh Bayat, Sarina Farhadi

Camille Claudel 1915

Bruno Dumont poursuit son exploration de l’ambivalence humaine, entre animalité et grâce, en s’attachant cette fois à la sculpteuse Camille Claudel, l’année 1915, celle de son internement par sa famille. C’est la comédienne Juliette Binoche qui l’incarne, tout à la fois en retenue et en silence, gestes répétitifs de la vie monacale, observation du monde qui l’entoure et vie intérieure que l’on devine toujours intense et passionnée. « Ce que j’aime assez, c’est qu’on ne sait rien sur sa vie, rien sur son internement, hormis le journal médical. Et l’idée d’écrire un scénario avec rien, ça me plaisait. Je fais un film avec quelqu’un qui passe son temps à ne pas faire grand-chose et ça me plaisait, cinématographiquement (…) ce n’est pas la peine de raconter toute la vie de quelqu’un. En quelques secondes on peut dire la vérité*. » La  force du film tient en la capacité du cinéaste à exprimer la réalité de l’internement avec simplement les outils du cinéma : plan-séquence, lent travelling, plan fixe, jamais de fioritures. Il filme également de splendides portraits de femme, celui de Camille Claudel bien sûr mais aussi de toutes ces femmes qui l’environne dans l’hôpital. Hormis Juliette Binoche, les autres femmes sont de vrais patientes, malades mentales contemporaines qui disent quelque chose d’ancien. De vraies infirmières campent également les sœurs qui s’occupent des malades. « Elles nous ont aidés, elles ont fait de la mise en scène en plus, elles étaient là, elles les plaçaient, elles les tenaient, les poussaient, elles ont participé à la mise en scène* ». Après, c’est la méthode Dumont qui fait la différence, découpage précis et strict pour mieux laisser place à une forme d’improvisation. Un film touché par la grâce, sublime et bouleversant. Bruno Dumont Juliette Binoche, Jean-Luc Vincent, Robert Leroy, Emmanuel Kauffman, Marion Keller