LA VAGUE

En Allemagne, aujourd’hui. Dans le cadre d’un atelier, un professeur de lycée propose à ses élèves une expérience visant à leur expliquer le fonctionnement d’un régime totalitaire. Commence alors un jeu de rôle grandeur nature, dont les conséquences vont s’avérer tragiques. Dennis Gansel Jürgen Vogel, Frederick Lau, Max Riemelt, Jennifer Ulrich, Christiane Paul

Nous nous sommes tant aimés !

Trente ans déjà… Les derniers épisodes de la guerre, de la Résistance italienne contre le nazisme… Gianni, Nicola et Antonio sont trois amis… Mais, la guerre finie, la paix sépare le trio. L’un, Nicola, est marié et professeur dans une petite ville de province. L’autre, Antonio, brancardier dans un hôpital de Rome. Le troisième, Gianni, avocat-stagiaire chez un grand du barreau.Mais dans l’Italie de l’immédiate après-guerre, il est difficile de réussir avec des idées de gauche : communistes et socialistes sont écartés du gouvernement par les émocrates-chrétiens.Chacun des trois amis va donc suivre sa propre voie selon son caractère et le hasard des rencontres.Les années passent. Nicola, Antonio et Luciana se retrouvent par à coups et par hasard : au détour d’une rue, d’une émission de télévision, d’une liaison éphémère… Le temps des bilans est arrivé. Ettore Scola Nino Manfredi, Vittorio Gassman, Stefania Sandrelli, Stefano Satta Flores, Giovanna Ralli

HAUT LES MAINS !

Cinq jeunes gens se retrouvent dix ans après la fin de leurs études de médecine à bord d’un train de marchandises. Ils y évoquent leur passé commun du temps où le stalinisme implacable régentait la Pologne. Ils avaient été chargés d’accoler des panneaux de papier pour édifier un immense portrait du « père des peuples » pour le défilé annuel du 1er mai, et à la surprise générale, le despote avait été affublé de deux paires d’yeux… Jerzy Skolimowski Jerzy Skolimowski, Alan Bates, Jane Asher, Joanna Szczerbic, Tadeusz Lomnicki

MON TRESOR

Ruthie et Or, une mère et sa fille de 17 ans, vivent dans un petit appartement à Tel-Aviv. Ruthie se prostitue depuis une vingtaine d’années. Or a déjà essayé plusieurs fois et sans succès de lui faire quitter la rue.Le quotidien de Or est une succession sans fin de petits boulots : faire la plonge dans un restaurant, laver des cages d’escaliers, récupérer des bouteilles consignées, tout en allant au lycée quand elle le peut.L’état de santé de Ruthie devient critique. Alors que sa mère sort d’un énième séjour à l’hôpital, Or décide que les choses doivent changer. Keren Yedaya Ronit Elkabetz, Dana Ivgy, Meshar Cohen, Katia Zimbris, Shmuel Edelman

Hippocrate

Benjamin va devenir un grand médecin, il en est certain. Mais pour son premier stage d’interne dans le service de son père, rien ne se passe comme prévu. La pratique se révèle plus rude que la théorie. La responsabilité est écrasante, son père est aux abonnés absents et son co-interne, Abdel, est un médecin étranger plus expérimenté que lui. Benjamin va se confronter brutalement à ses limites, à ses peurs, celles de ses patients, des familles, des médecins, et du personnel. Son initiation commence. Thomas Lilti Vincent Lacoste, Reda Kateb, Jacques Gamblin, Marianne Denicourt, Félix Moati

Battle Royale

Dans un avenir proche, les élèves de la classe B de 3ème du collège Shiroiwa ont été amenés sur une île déserte par une armée mystérieuse. Un adulte surgit tout à coup devant eux : leur ancien professeur Kitano. Il leur annonce qu’ils vont participer à un jeu de massacre dont la règle consiste à s’entretuer. Seul le dernier des survivants pourra regagner son foyer. Kitano leur présente deux nouveaux élèves très inquiétants. Des coups de feu retentissent pour convaincre les incrédules. Selon la loi de réforme de l’éducation pour le nouveau siècle, ce sacrifice permettra de former des adultes sains. Abandonnés chacun à son sort avec de la nourriture et une arme, les adolescents disposent d’un délai de trois jours pour s’entretuer. Kinji Fukasaku Tatsuya Fujiwara, Aki Maeda, Taro Yamamoto, Takeshi Kitano, Masanobu Ando

El Estudiante ou Récit d’une jeunesse révoltée

Roque, jeune provincial, commence des études à l’université de Buenos Aires. Peu motivé, il passe son temps à séduire les filles et à errer dans la fac. C’est en tombant amoureux de Paula, une jeune enseignante engagée, qu’il va rencontrer le militantisme et devenir proche du syndicat étudiant d’extrême-gauche. Avec Alberto Acevedo, charismatique professeur et ancien homme politique, il va apprendre les codes et devenir un leader pour enfin trouver sa voie… Santiago Mitre, dont El Estudiante est le premier long métrage, a coécrit deux films de Pablo Trapero, Leonera (2008) et Carancho ! (2010). On retrouve dans El Estudiante cette façon si particulière de s’immerger dans un univers singulier, ici la fac, pour en faire le lieu d’une intrigue, au sens premier, où le thriller (car El Estudiante en est un !) et la fiction se nourrissent du documentaire. L’université est une institution centrale dans la vie de Buenos Aires, que le cinéma a très peu filmée. Lieu privilégié de la jeunesse, réservoir d’histoires en ébullition, c’est pourtant l’endroit idéal où situer un récit d’apprentissage. Car c’est bien de cela dont il s’agit. D’un parcours initiatique. Roque va faire son éducation politique avec tout ce que cela comporte, les impératifs stratégiques, les renoncements idéologiques, les compromis et les trahisons… Un prophète de Jacques Audiard a été une référence constante dans le travail de Mitre avec son comédien : la transformation d’un personnage ingénu en quelqu’un de puissant. Santiago Mitre Esteban Lamothe, Romina Paula, Ricardo Felix, Valeria Correa

Tempête sous un crâne

Le vrai sujet du film est la transmission. Celle d’un savoir, certes, mais surtout celle d’une maîtrise par l’élève de ses potentialités, de ses capacités d’autonomie et de ses moyens d’expression. Pour ce faire, les deux enseignantes, sans renoncer à leurs exigences respectives, s’attachent à créer des ponts entre la littérature et l’art et le vécu, souvent difficile, de leurs jeunes élèves. Dans une salle de classe qui tient parfois de la cour de récréation, elles ne se départissent pas de leur sourire et de leur patience, n’élevant jamais la voix, sans rien perdre de leur projet d’enseignement. Et l’on suit avec une vive curiosité le cheminement pédagogique de la classe. Oui, Les Misérables de Victor Hugo, ça leur parle toujours. Oui, la révolte d’Arthur Rimbaud peut entrer en résonnance avec la leur. Ou encore, il y a moyen d’approcher par de petites expérimentations l’œuvre immense de Calder. Tandis que les saisons se succèdent, on s’attache à cette classe qui devient lieu de parole. Clara Bouffartigue Isabelle Soubaigné