THE BLUES BROTHERS

Dès sa sortie de prison, Jake Blues est emmené par son frère Elwood chez Soeur Mary Stigmata, qui dirige l’orphelinat dans lequel ils ont été élevés. Ils doivent réunir 5 000 dollars pour sauver l’établissement, sinon c’est l’expulsion. John Landis John Belushi, Dan Aykroyd, James Brown, Cab Calloway, Carrie Fisher

LE PETIT SOLDAT

Dans ce premier film politique, Jean-Luc Godard raconte le cauchemar de Bruno Forestier, petit tueur à la solde de l’OAS, qui, tout à coup et sans raison apparente, hésite à honorer un contrat. Jean-Luc Godard Michel Subor, Anna Karina, Henri-Jacques Huet, Laszlo Szabo (I), Paul Beauvais

TIREZ SUR LE PIANISTE

Charlie Kohler, pianiste dans un petit bar, commence à avoir des ennuis lorsque deux gangsters s’en prennent à son frère qui se réfugie sur son lieu de travail. Dans le même temps, Léna, la serveuse est amoureuse de Charlie alors que ce dernier cache un sombre passé auquel la jeune femme va tenter de le soustraire. François Truffaut Charles Aznavour, Marie Dubois, Nicole Berger, Michèle Mercier, Bobby Lapointe

Rosemary’s Baby

Malgré les conseils de leur vieil ami Hutch, Guy Woodhouse et sa jeune femme, enceinte, s’installent dans un immeuble new-yorkais vétuste, considéré par leur ami comme une demeure maléfique. Aussitôt, leurs voisins, Minnie et Roman Castevet, vieux couple d’Europe centrale, imposent leur amitié et leurs services. Si Guy accepte facilement ce voisinage, Rosemary s’en inquiète… Roman Polanski Mia Farrow, John Cassavetes, Ruth Gordon, Sidney Blackmer, Maurice Evans

Django Unchained

Le dernier Tarantino est toujours attendu avec un mélange d’excitation enthousiaste et d’angoisse de la déception. Avouons que nous ne sommes en rien déçu et que la jouissance cinéphilique du dernier opus tarantinesque est franchement là. Nouvelle œuvre fleuve : synthèse de ses ambitions habituelles, réinvention de son propre cinéma en même temps que des codes d’un genre, le western, pour mieux le sublimer et lui redonner ses lettres de noblesse. Après Inglorious Basterds où il revisitait avec plus ou moins de bonheur l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, c’est cette fois au destin des esclaves d’Amérique qu’il s’attache et plus particulièrement au parcours d’un homme qui se libère de ses chaînes, Django. Ça dure 2h44 et ça décoiffe, entraîne, immerge et nous mène par le bout du nez dans un récit à la mise en scène virtuose et aux comédiens excellents. Les dialogues sont comme toujours très écrits et mis en bouche par des interprètes qui les savourent comme un grand vin. Si Christoph Waltz et Jamie Foxx portent dans leur folie la griffe du réalisateur (mais avec quel brio encore une fois), Leonardo Di Caprio et Samuel L. Jackson sont nouveaux dans la catégorie des vilains. Le premier pour sa composition spectaculaire d’un propriétaire terrien dont le raffinement de façade dissimule à peine le goût pour les mises à mort sanglantes, le second pour sa figure inversée de méchant à la peau noire, pire que tous les salopards blancs croisés dans le récit. Ce film nous fait passer du rire aux larmes, travaille à la pointe du couteau nos pulsions vengeresses et met à l’épreuve nos désirs les plus enfouis. Tarantino est indéniablement un grand cinéaste «post-moderne», en ce sens qu’il n’a de cesse de réutiliser à l’infini les formes cinématographiques pour mieux les réinventer et nous permettre de nous en délecter. Quentin Tarantino Jamie Foxx, Christoph Waltz, Leonardo DiCaprio, Kerry Washington, Samuel L. Jackson

LES MONDES DE RALPH

Wreck-It Ralph rêve d’être aussi adulé que le parfait gentil de son jeu vidéo, Fix-It Felix. Problème : personne n’aime un méchant. Mais ils aiment les héros… Alors quand un tout nouveau jeu fait son apparition, Ralph voit là l’occasion d’atteindre la gloire et le bonheur… Rich Moore John C. Reilly, Sarah Silverman, Jack McBrayer