Paris Stalingrad : Affiche du film

Film réalisé par : Hind Meddeb, Thim Naccache
Avec : Souleymane Mohamad, Lami Nagawo, Galaxy Mohammad, Adam Misscall, Johan Corceron, Valérie Osouf, Agathe Nadimi

Durée : 1:26

> Notre avis

Résumé du film  //
Paris Stalingrad

> Notre avis

Paris, été 2016. Des personnes réfugiées campent quartier Stalingrad dans l’attente de régulariser leur situation. Contrôles, nasses, évacuations, grillages. Un labyrinthe physique se mêle au labyrinthe administratif déjà en place, la ville refoule. Comment faire lieu, faire collectif, comment habiter un espace qui empêche d’exister ? Le film cartographie leur calvaire : points d’eau, coins d’ombres, parcs isolés, tables de pingpong pour cuisiner. Les corps s’intègrent difficilement mais un collectif naît et une coexistence s’installe. Du groupe, s’élève la voix de Souleymane, jeune exilé du Darfour dont les poèmes viennent cohabiter avec la voix off de la cinéaste. Souleymane circule, erre, se perd, ressurgit et raconte. A mesure que le film trace les itinéraires dans Paris, un autre trajet se dessine : les témoignages éclatés évoquent la Libye, Vintimille, Calais. Echos d’une route commune alors que Paris repousse et disperse. De Stalingrad à La Chapelle, du jardin d’Eole aux maréchaux, les camps sont démantelés, les corps échouent, isolés, au bord de la ville. Souleymane s’en sort, la caméra le suit, l’échappée est solitaire. Le collectif éclate, disparaît du cadre, mais le film vient faire mémoire d’un lieu, Stalingrad, où il aura été question de survivre ensemble.

Paris Stalingrad
Partager sur... Facebook Twitter Partager Paris Stalingrad avec un ami
https://www.lecranstdenis.org/wp-content/uploads/allocine/26VY5/affiche_26VY5-116x159.jpg
Paris, été 2016. Des personnes réfugiées campent quartier Stalingrad dans l’attente de régulariser leur situation. Contrôles, nasses, évacuations, grillages. Un labyrinthe physique se mêle au labyrinthe administratif déjà en place, la ville refoule. Comment faire lieu, faire collectif, comment habiter un espace qui empêche d’exister ? Le film cartographie leur calvaire : points d’eau, coins d’ombres, parcs isolés, tables de pingpong pour cuisiner. Les corps s’intègrent difficilement mais un collectif naît et une coexistence s’installe. Du groupe, s’élève la voix de Souleymane, jeune exilé du Darfour dont les poèmes viennent cohabiter avec la voix off de la cinéaste. Souleymane circule, erre, se perd, ressurgit et raconte. A mesure que le film trace les itinéraires dans Paris, un autre trajet se dessine : les témoignages éclatés évoquent la Libye, Vintimille, Calais. Echos d’une route commune alors que Paris repousse et disperse. De Stalingrad à La Chapelle, du jardin d’Eole aux maréchaux, les camps sont démantelés, les corps échouent, isolés, au bord de la ville. Souleymane s’en sort, la caméra le suit, l’échappée est solitaire. Le collectif éclate, disparaît du cadre, mais le film vient faire mémoire d’un lieu, Stalingrad, où il aura été question de survivre ensemble.
Directed by: Hind Meddeb, Thim Naccache
Starring:
Souleymane Mohamad
Lami Nagawo
Galaxy Mohammad
Adam Misscall
Johan Corceron
Valérie Osouf
Agathe Nadimi