jeudi 16 avril 2015
Photo de l'évènement
20H00 // 

Les écrans philosophiques : puissance du négatif

Eden Lake de James Watkins présenté par Nicolas Vieillescazes, directeur éditorial des Prairies Ordinaires

Ecran 2 : NICOLAS VIEILLESCAZES
Durée : 2h30 - tarif habituel, abonnées : payez une place, venez à deux !
Partager sur... Facebook Twitter Partager Les écrans philosophiques : puissance du négatif avec un ami

« Une brève incursion dans la phénoménologie du cinéma d’horreur révèle une expérience divisée entre le désintérêt pour les héros et l’identification à la douleur : c’est la position vacante de victime que j’occupe, sans la moindre empathie pour les individus qui souffrent, tout le procédé consistant à nous faire saisir des abstractions : pas des personnes mais des positions en conflit (agresseur/ victime), un conflit irréconciliable (lutte à mort des antagonistes) et des rôles réversibles. Eden Lake est de ce point de vue un chef-d’oeuvre : c’est dans le concret le plus particulier et le plus hideux, celui du corps individuel torturé, que devient visible l’abstraction de l’antagonisme absolu. » Nicolas Vieillescazes

 

EDEN LAKE
DE JAMES WATKINS
Royaume-Uni/2008/couleur/1h30/VO sous-titrée
avec Kelly Reilly, Michael Fassbender, Thomas Turgoose
interdit aux moins de 16 ans
Jenny est maîtresse d’école. Son petit ami et elle quittent Londres pour passer un week-end romantique au bord d’un lac. La tranquillité du lieu est perturbée par une bande d’adolescents bruyants et agressifs qui s’installent avec leur Rottweiler juste à côté d’eux. À bout de nerfs, ces derniers leur demandent de baisser le son de leur radio. Fatale erreur…

Les écrans philosophiques : puissance du négatif