jeudi 18 juin 2015
Photo de l'évènement
20H00 // 

Les écrans philosophiques : Le prête-nom

Un retour sur la chasse aux sorcières présenté par Laurent Lévy, économiste et juriste.

Ecran 2 : LAURENT LéVY
Durée : 1h35 - Tarif habituels, abonnées : payez une place, venez à deux !
Partager sur... Facebook Twitter Partager Les écrans philosophiques : Le prête-nom avec un ami

« Comment les hommes et les femmes qui furent victimes, durant les années 1950, de la chasse aux sorcières organisée contre la plus ou moins fantasmatique emprise communiste dans les industries du spectacle ont-ils pu réagir ? Comment les vies des unes et des autres ont pu basculer ? Comment le cinéma et la télévision ont été affectés par cette inquisition ? Le film de Martin Ritt est l’occasion de réfléchir à ces questions et, plus généralement, à celles de la liberté de conscience et de création face à ce qu’il faut bien appeler le totalitarisme culturel qui a sévi aux États-Unis au cours de la période mal nommée du « maccarthysme ». Par milliers, des artistes ont été inquiété(e)s, inscrit(e)s sur une « liste noire » qui leur interdisait d’exercer leur métier. Au-delà des drames personnels qui s’en sont suivis, c’est toute une page d’histoire culturelle qu’il s’agit de revisiter. Une histoire dont la cicatrice ne s’est jamais refermée et dont l’horizon reste présent. »

Laurent Lévy

 

LE PRÊTE-NOM
DE MARTIN RITT
États-Unis/1976/couleur/1h35/VO sous-titrée
avec Woody Allen, Zero Mostel, Michael Murphy, Herschel Bernardi, Andrea Marcovici

 

En plein maccarthysme, Alfred Miller, auteur de renom, demande à son ami d’enfance, Howard Prince, modeste plongeur dans un petit restaurant, de lui servir de prête-nom. Howard accepte et signe un feuilleton de télévision qui obtient un vif succès. Le héros du feuilleton, Hecky, est bientôt inquiété par la Commission qui lui demande de réunir des informations sur Howard. Hecky répond en se jetant du haut d’un pont. Le petit plongeur est à son tour convoqué. Il accuse violemment les membres de la Commission d’établir un climat de persécution et de peur !

Les écrans philosophiques : Le prête-nom