mercredi 3 septembre 2014
Photo de l'évènement
Vidéo Lire la vidéo
Les Combattants -- Bande annonce    1:39
20H00 // 

Les combattants : rencontre avec Thomas Cailley

Mercredi 3 septembre à 20 heures. Rencontre avec le réalisateur à l’issue de la projection.

Ecran 2 : 
Durée : 1h38 - Tarifs habituels. Abonnés : payez une place, venez à deux !
Partager sur... Facebook Twitter Partager Les combattants : rencontre avec Thomas Cailley avec un ami

mercredi 3 septembre à 20 heures

rencontre avec le réalisateur à l'issue de la projection

La soirée sera introduite par la projection exceptionnelle de Paris Shanghai (25’), court métrage de Thomas Cailley

Ce film a bénéficié de l'Aide au Film court, dispositif d'aide à la création du département de la Seine-Saint-Denis.

 

Les Combattants

de Thomas Cailley

France/2014/couleur/1h38

avec Adèle Hænel, Kévin Azaïs, Antoine Laurent, Brigitte Roüan, William Lebghil

Prix SACD – Label Europa Cinéma / Quinzaine des réalisateurs – Cannes 2014

 

Entre ses potes et l'entreprise familiale, l'été d'Arnaud s'annonce tranquille… Jusqu'à sa rencontre avec Madeleine, aussi belle que cassante, bloc de muscles tendus et de prophéties catastrophiques. Il ne s'attend à rien ; elle se prépare au pire. Jusqu'où la suivre alors qu'elle ne lui a rien demandé ? C'est une histoire d’amour. Ou une histoire de survie. Ou les deux. Elle est une jeune femme solitaire et un peu garçonne, une survivaliste qui poursuit un entraînement militaire pour se préparer à l'apocalypse. Lui est un apprenti menuisier, paumé entre un milieu familial sclérosant et ses envies d’ailleurs. Ils se rencontrent un été sur un bord de mer, se défient et finiront par se séduire au terme d'un film délirant entre la chronique teen et l'aventure épique.

 

Un film tombé de nulle part qui donne le sentiment euphorisant qu'il ne faut désespérer ni du cinéma français ni de sa relève par de nouveaux auteurs. Les Combattants, premier long métrage de Thomas Cailley, est une merveilleuse surprise !

 

«Un film à l'humour fou qui tient à l'extrême qualité des dialogues qui ne placent pas les gags comme on placerait des produits et surtout à l'intensité des deux acteurs principaux, dont bien des mines – surtout quand ils font la gueule  – sont naturellement comiques : Kévin Azaïs tout de douceur lunaire, Adèle Haenel pleine de son étrange bonté solaire qui consiste à prédire environ toutes les quatre minutes l'apocalypse de tout.» Gérard Lefort (Libération)

Les combattants : rencontre avec Thomas Cailley