vendredi 30 mai 2014
Photo de l'évènement
20H30 // 

HOLY FIELD HOLY WAR

Rencontre avec Lech Kowalski à l'issue de la projection.

Ecran 2 : 
Durée : 1h45 - Tarifs habituels / abonnés : payez une place, venez à deux
Partager sur... Facebook Twitter Partager HOLY FIELD HOLY WAR avec un ami

HOLY FIELD HOLY WAR DE LECH KOWALSKI
France-Pologne/2013/couleur/1h45/VO sous-titrée/documentaire

Prix Georges de Beauregard international - Prix du Groupement National des Cinémas de Recherche (GNCR)

 

Partout dans le monde, les petits agriculteurs sont menacés. Leur lutte pour survivre se fait loin des caméras et des médias. En Pologne, un pays où plus de 60% de la surface est occupée par l'agriculture, de nouveaux acteurs sont en compétition pour s'accaparer les terres. Ce qui se passe en Pologne est un avertissement à prendre au sérieux. Cousin documentaire du Promised Land de Gus van Sant, le somptueux Holy Field Holy War, qui démontre, s'il en était encore besoin, que le souffle du cinéma, la puissance romanesque et l'ampleur de la mise en scène ne sont pas l'apanage de la fiction, dénonce l'usage de l'agriculture intensive ainsi qu'une forme d'invasion industrielle connue sous le nom de « fracturation hydraulique ». Les compagnies multinationales en Pologne sont des envahisseurs, pour la plupart invitées par le gouvernement qui leur brade les terres du pays considéré comme le futur eldorado européen du gaz
de schiste. « Lech Kowalski use de sa caméra comme le poète de sa plume. Il donne sa place au temps et laisse monter l'inquiétude de ces femmes et de ces hommes polonais qui voient leurs villages et leurs communautés mis en danger par l'arrivée d’une agriculture industrielle productiviste massive qui dépasse leur entendement. L'arrivée des camions de vibreurs, à la recherche de gaz de schiste, au milieu de ces
villages, détruit littéralement les fondations de ces gens. Maisons fendues, rêves lézardés… De la caméra de Kowalski jaillit cette contradiction frontale entre deux mondes, celui où le temps c’est de l’argent et celui où le temps c'est la vie. » José Bové

HOLY FIELD HOLY WAR