jeudi 8 janvier 2015
Photo de l'évènement
Vidéo Lire la vidéo
   
20H30 // 

EAU ARGENTÉE, SYRIE AUTOPORTRAIT

Rencontre avec Ossama Mohammed à l’issue de la projection

Ecran 2 : OSSAMA MOHAMMED
Durée : 1h33 - Tarif habituel, abonnés : payez une place, venez à deux !
Partager sur... Facebook Twitter Partager EAU ARGENTÉE, SYRIE AUTOPORTRAIT avec un ami

EAU ARGENTÉE, SYRIE AUTOPORTRAIT
DE OSSAMA MOHAMMED ET WIAM SIMAV BEDIRXAN
Syrie–France/2014/couleur/1h33/VO sous-titrée

documentaire

 

En Syrie, les Youtubeurs filment et meurent tous les jours. Tandis que d’autres tuent et filment. À Paris, je ne peux que filmer le ciel et monter ces images youtube, guidé par cet amour indéfectible de la Syrie. De cette tension entre ma distance, mon pays et la révolution est née une rencontre. Une jeune cinéaste Kurde de Homs m’a tchaté : « Si ta caméra était ici à Homs que filmerais-tu? »
Le film est l’histoire de ce partage. « Eau argentée, Syrie autoportrait s’obstine à porter jusqu’à nous les échos d’un pays lointain, tout en s’interrogeant sur la capacité des images à rendre compte du réel. En revanche, Ossama Mohammed et Wiam Simav Bedirxan ne doutent jamais de la nécessité de cette tentative incertaine. Car une foi forcenée dans le cinéma guide ce film très dur mais lumineux qui dessille nos yeux et élargit notre regard sans jamais le salir, en dépit des horreurs qu’il nous donne à voir. » Télérama

 

«Cette révolution s’est faite aussi par les images. Elle a été, de manière inédite, une guerre des
images qui a mobilisé les deux camps. En tant que cinéaste, je devais en prendre acte. J’ai longtemps cherché, jusqu’au jour où j’ai reçu par Facebook, le premier courrier de cette jeune femme dans lequel elle me disait qu’elle avait décidé de filmer pour ne pas mourir. Ce message a été pour moi un moment de vérité, j’ai compris qu’une opportunité artistique nous était offerte et au fur et à mesure que nous échangions, chaque message pouvant aussi bien être le dernier, j’ai compris que le film, c’était nous deux et à travers nous deux et les images de Simav, le peuple syrien tout entier. »
Ossama Mohammed