Bretagne et Cinéma n°2

Goémons et langoustes, deux piliers (bretons) du 7e Art Tangui Perron séance conçue et animée par Tangui Perron, chargé du Patrimoine à Périphérie, en présence d’Emmanuelle Pencalet, réalisatrice Crêpes et cidre concluront chaleureusement la rencontre   Programme de trois films durée totale 1h25 GOÉMONS DE YANNICK BELLON France/1948/NB/23’ Restauration des Archives Françaises du Film du CNC À travers la vie des habitants d’une ferme sur l’île de Béniguet, patrons et ouvriers agricoles, le film reconstitue la chaîne du travail de la récolte au brûlage puis au “piffronage” qui transforme les goémons en pain de soude d’où sera extrait l’iode revendu à bon prix.   AU LARGE DU DÉSERT D’HENRI FABIANI France/1962/couleur & NB/18’/documentaire La pêche à la langouste à bord du Rubis, immatriculé à Camaret, bateau breton navi- guant au large des côtes mauritaniennes. Le cinéaste, Henri Fabiani, membre du Groupe des trente, pointe déjà le déclin d’une certaine pêche, comme la raréfaction des ressources, tout en laissant une belle liberté créatrice à son opérateur, André Dumaître. Au large du désert se situe ainsi dans la belle lignée des films sur la pêche, tout en rompant avec les clichés d’un métier soi-disant immuable.   À BORD DU CLAIRE-JEANNE D’EMMANUELLE PENCALET France/2011/couleur/44’ Jean Pencalet naît en 1931 à Douarnenez dans une famille de marins pêcheurs. Il prend la mer à 14 ans et s’exerce à toutes les pêches pratiquées dans ce port : sardine, thon, langoustine rose. En 1973, il prend le commandement du “Claire-Jeanne”, un des cinq langoustiers de l’armement France Langouste et commence à filmer en Super 8 sa vie de travail à bord. Il reste fidèle au banc d’Arguin et au Claire-Jeanne jusqu’à la fin de sa carrière et consacrera ensuite une bonne partie de sa retraite au sauvetage en mer. Emmanuelle Pencalet, sa fille, monteuse pour le cinéma, réalise avec A bord du Claire-Jeanne, son premier film pour le Port- Musée de Douarnenez.

L’HISTOIRE DU NUAGE QUI PARLAIT

avec la participation de l’école municipale d’arts plastiques Gustave Courbet Yo-Yo Gonthier Ecran2 Venez découvrir L’Éclaircie, un film de Yo-Yo Gonthier, tourné en super 8 noir et blanc. Ce documentaire de création s’inspire de l’histoire vraie du Nuage qui parlait aérostat cousu de toutes pièces et brodé de messages mystérieux, dont la fabrication s’inscrit dans un projet artistique participatif mené pendant deux ans avec des habitants de la ville de Saint-Denis

OMAR

Mis en avant

séance animée par l’équipe du Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient Ecran 2 Omar vit en Cisjordanie. Habitué à déjouer les balles des soldats, il franchit quotidiennement le mur qui le sépare de Nadia, la fille de ses rêves et de ses deux amis d’enfance,Tarek etAmjad. Les trois garçons ont décidé de créer leur propre cellule de résistance et sont prêts à pas- ser à l’action. Leur première opération tourne mal. Capturé par l’armée israé- lienne, Omar est emprisonné et torturé. Relâché contre la promesse d’une trahi- son, Omar parviendra-t-il malgré tout à rester fidèle à ses amis, à la femme qu’il aime et à sa cause?

CANDIDATS POUR DU BEUR ?

Mis en avant

Au regard de l’histoire des luttes pour une éga- lité réelle, nous suivons les filles et fils d’ou- vriers immigrés investis comme candidats de la “diversité” dans les différentes campagnes électorales depuis la présidentielle 2007. À tra- vers leurs meetings, sur le terrain, mais aussi lors de rencontres plus intimes… Avec de nombreux acteurs des luttes des quar- tiers populaires, de Clichy-sous-Bois à Marseille, en passant par Roubaix et les candidats, Mouloud Aounit, Kamel Hamza, Faouzi Lamdaoui, Halima Boumedienne, Omar Slaouti, Samia Ghali, Karim Zeribi, Rama Yade… Ces “nouveaux visages” de la République seront- ils sur la photo au moment de faire les comptes ou simplement “candidats pour du Beur” ? 30e anniversaire de la Marche pour l’égalité et contre le racisme    À l’aune du 30e anniversaire de la Marche pour l’égalité et contre le racisme (1983) : quelle place faite à celles et à ceux, vivant en banlieues ou qui en sont issu-e-s, désigné-e-s tantôt comme “Beurs-Beurettes, jeunes issus de l’immigration, musulman-e-s, filles voilées, deuxième génération…”? Quelles perspectives d’avenir pour tous? Quelles propositions et quels projets en lien ?   en présence du réalisateur, Samir Abdallah, de Kaissa Titous, militante associative, Coordination anti-démolition des quartiers populaires, d’Abdellali Hajjat, sociologue, d’Almamy Kanoute, militant politique, Émergences, et des membres des collectifs Femmes en luttes 93 (Saint-Ouen) et Nous Femmes d’Ici et d’Ailleurs (Blanc-Mesnil).   SAMIR ABDALLAH Ecran 2 Au regard de l’histoire des luttes pour une éga- lité réelle, nous suivons les filles et fils d’ou- vriers immigrés investis comme candidats de la “diversité” dans les différentes campagnes électorales depuis la présidentielle 2007. À tra- vers leurs meetings, sur le terrain, mais aussi lors de rencontres plus intimes… Avec de nombreux acteurs des luttes des quar- tiers populaires, de Clichy-sous-Bois à Marseille, en passant par Roubaix et les candidats, Mouloud Aounit, Kamel Hamza, Faouzi Lamdaoui, Halima Boumedienne, Omar Slaouti, Samia Ghali, Karim Zeribi, Rama Yade… Ces “nouveaux visages” de la République seront- ils sur la photo au moment de faire les comptes ou simplement “candidats pour du Beur” ?

DEPORTADO

débat à l’issue de la projection ECRAN 2 Séance hors les murs du festival Cinéma du réel (www.cinemadureel.org) du 21 au 31 mars 2013, organisée par les étudiants du master « Politiques et gestion de la culture en Europe » de l’Institut d’Etudes européennes de Paris 8