THE THING

Hiver 1982 au cœur de l’Antarctique. Une équipe de chercheurs composée de 12 hommes, découvre un corps enfoui sous la neige depuis plus de 100 000 ans. Décongelée, la créature retourne à la vie en prenant la forme de celui qu’elle veut ; dès lors, le soupçon s’installe entre les hommes de l’équipe. Où se cache la créature ? Qui habite-t-elle ? Un véritable combat s’engage. John Carpenter Kurt Russell, T.K. Carter, Wilford Brimley, David Clennon, Keith David

IT FOLLOWS

Après une expérience sexuelle apparemment anodine, Jay se retrouve confrontée à d’étranges visions et  l’inextricable impression que quelqu’un, ou quelque chose, la suit. Abasourdis, Jay et ses amis doivent trouver une échappatoire à la menace qui semble les rattraper… David Robert Mitchell Maika Monroe, Keir Gilchrist, Daniel Zovatto, Jake Weary, Linda Boston

Alain Badiou de l’autre côté de l’écran

Quelle place et quel rôle pour les jeunes dans le monde contemporain ? Séance en partenariat avec l’association Sciences Pop. Alain Badiou Ecran 1 « Dans le monde contemporain, une petite poignée de gens (10% de la population mondiale) possèdent 86% des ressources disponibles. Un groupe moyen, bourgeois aisés, mais aussi ouvriers qualifiés, artisans, petits commerçants, intellectuels, certains paysans disposant d’assez grandes propriétés…, tous principalement situés dans le monde occidental et dans les pays émergents (Chine, Russie, Brésil…), représente environ 40% de la population mondiale et se partage 14% des ressources disponibles. Reste 50% de la population mondiale qui n’a très exactement rien. Les inégalités sont donc monstrueuses. Dans ce monde, la violence est partout. Le pillage capitaliste existe à l’échelle de continents entiers, comme l’Afrique. Des guerres civiles atroces ravagent en particulier les pays où il y a du pétrole. Des masses composées de millions de gens errent à la surface de la terre à la recherche d’un endroit où il soit possible de vivre. Le fameux problème des « réfugiés » n’est un problème européen que pour la très courte vue et l’égoïsme des petits privilégiés de chez nous. C’est un problème mondial, directement issu de l’injustice violente faite à, au moins, une moitié de l’humanité aujourd’hui.La jeunesse, dans nos pays, est alors prise dans une contradiction très difficile : faut-il trouver à tout prix, en acceptant les règles cyniques du « struggle for life », une bonne place dans le monde un peu protégé qu’est le monde occidental ? Ou faut-il s’engager, quels que soient les risques, dans un combat global pour la justice et l’égalité ? J’essaierai de présenter le chemin le plus vrai dans cette terrible situation historique, celui de la vie la plus intense en même temps que la plus raisonnable. « Alain Badiou

Marie et les naufragés

Rencontre avec Sébastien Betbeder et Pierre Rochefort, à l’issue de la projection. Sébastien Betbeder et Pierre Rochefort Ecran 1 MARIE ET LES NAUFRAGÉSde Sébastien BetbederFrance/2016/couleur/1h44avec Pierre Rochefort, Eric Cantona, Vimala Pons, Damien Chapelle, Emmanuelle Riva, André Wilms en sortie nationaledu 13 au 19 avril 2016 / du 20 au 26 avril 2016 « Marie est dangereuse » a prévenu Antoine. Ce qui n’a pas empêché Siméon de tout lâcher, c’est-à-dire pas grand-chose, pour la suivre en secret. Oscar, son colocataire somnambule et musicien, et Antoine, le romancier en mal d’inspiration, lui ont vite emboîté le pas. Les voilà au bout de la Terre, sur une île. Il est possible que ces quatre-là soient liés par quelque chose qui les dépasse. Le goût de l’aventure ou l’envie de mettre du romanesque dans leur vie… Après 2 Automnes 3 Hivers, la nouvelle comédie enthousiasmante de Sébastien Betbeder débute dans les pas du précédent pour mieux nous embarquer ailleurs, à la fois tout près et très loin. On se réinstalle avec délice dans un univers dont on reconnaît l’art et la manière, le goût pour les récits et les emboîtements de la narration à plusieurs voix, les fils malicieusement tissés de l’aventure et du jeu. Entre Resnais et Rivette, les personnages de Marie et les naufragés ré-enchantent leur vie et notre imaginaire. Dans une forme inventive, vivante et audacieuse, le film embrasse plusieurs registres, entre réel et fantastique, épopée romanesque et film de famille. C’est follement drôle et d’une bouleversante mélancolie. On adore !

Cinéma Comorien

Carte blanche à Soeuf Elbadawi, auteur comorien, en résidence à la librairie Folies d’Encre et rencontre avec les réalisateurs, à l’issue des projections. Soeuf Elbadawi Ecran 2 « Aux Comores, la production cinématographique en est encore à ses débuts. Beaucoup de projets, peu de moyens. Mais l’apparition à la Semaine de la Critique à Cannes, en 2008, de Résidence Ylang Ylang, court-métrage de la jeune Hachimiya Ahamada, fait qu’on en parle. L’émergence de nouveaux réalisateurs a par ailleurs généré un festival à Moroni, le CIFF, dont la seconde édition s’est tenue en novembre dernier. À l’occasion d’une carte blanche accordée à Soeuf Elbadawi, auteur comorien en résidence à la librairie Folies d’Encre à Saint-Denis, l’Écran consacre une soirée aux images produites par cet archipel, situé dans l’océan indien. »S. Elbadawi Les films UHURU NA IGABUOde Soeuf Elbadawi (16’)Un entretien accordé par Abdou Bakari Boina, l’un des fondateurs du Molinaco, le parti mythique des années de lutte pour l’indépendance des Comores. OMNI-MOMde Sania Chanfi (4’) (procédé du stop motion)Une mère célibataire nous livre un témoignage original et enthousiaste de sa situation. TIMEde Farouk Djamily (4’)Une interrogation philosophique sur le temps. L’IVRESSE D’UNE OASISde Hachimiya Ahamada (1h30)La maison familiale construite aux Comores par le père de la réalisatrice attend toujours ses occupants…

Liberté ? Égalité ? Fraternité ?

Présentation de courts-métrages suivie d’un débat en partenariat avec le Festival International du Film des Droits de l’Homme, Etonnant cinéma et Sauvegarde93 Ecran 2 L’article premier de la déclaration universelle des droits de l’homme stipule que « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité ». Mais dans notre société, les choses se passent parfois autrement… Dix jeunes séquano-dionysiens, accompagnés par l’association Sauvegarde93, ont participé à un atelier de programmation de courts métrages. Ils ont regardé une quinzaine de films courts autour du thème ainsi formulé : Liberté ? Egalité ? Fraternité ? Après en avoir débattu, les jeunes programmateurs ont choisi quatre courts métrages qui leur semblaient les plus intéressants à présenter au public. Le thème autour duquel s’est organisé leur travail se déclinait ainsi et comportait à chaque occurrence un corpus de films à prendre en considération : Liberté (de penser, d’expression, de mouvement…)Egalité (entre les sexes, de droits, de chances….)Fraternité (entre les pays, entre les classes sociales…) Le programme détaillé des films sur la photo ci-dessous.