Festival du film de femmes de créteil : atelier de programmation

Le Festival de films de femmes de Créteil propose à huit femmes d’Épinay-sur-Seine de se mettre dans la peau d’une programmatrice de cinéma… Séance animée par les participantes de l’atelier et suivie d’un cocktail. Ecran 2 L’association, Sauvegarde 93, en partenariat avec le Festival de Films de Femmes de Créteil, l’Agence du Court-Métrage et l’Ecran, a proposé à des femmes qu’elle accompagne de participer à un atelier de programmation de court-métrages. L’objectif : leur proposer un espace de rencontre, d’expression et d’échange autour d’une pratique culturelle. Pendant plusieurs mois, huit femmes, accompagnées par une professionnelle du cinéma et deux éducatrices, ont regardé une vingtaine de courts-métrages, réalisés par des femmes. De la fiction au film d’animation ou au documentaire, le groupe de femmes a exploré la manière dont chaque réalisatrice s’est emparée du thème de la transmission. A l’issue de l’atelier, les participantes se sont confrontées aux enjeux de la programmation, et elles ont fait un choix de quatre courts-métrages qui seront présentés par elles à l’Ecran, ce soir-là.   Les films :   Scènes de ménage de Claire Simon France/1991/couleur/10 minutes Une femme fait le ménage. Cernée par ses devoirs familiaux, elle a quand même un jardin secret suspendu : le fantasme. Alors, quand elle a les mains dans les gants Mapa et la tête dans le sac, elle se raconte des histoires.   Zohra à la plage de Catherine Bernstein France/1995/couleur/9 minutes Zohra est Algérienne. Elle a cinquante ans. Elle est employée de maison chez un jeune couple. Pour la première fois de sa vie, elle va à la plage.   Bintou de Fanta Régina Nacro Burkina-Faso/2001/couleur/31 minutes Mère de trois enfants à Ouagadougou, capitale du Burkina-Faso, Bintou décide un jour, contre l’avis de son mari, Abel, d’envoyer leur fille à l’école. Mais elle doit gagner de l’argent pour cela. Sur les conseils d’une amie, elle monte un petit commerce de mil germé. Un conte moderne plein d’humour qui traite du respect entre les hommes et les femmes, pour une égalité des droits à l’éducation et au travail.   Espace de Eléonor Gilbert France/2014/couleur/15 minutes Dessin à l’appui, une petite fille explique comment l’espace et les jeux se répartissent lors de la récréation, en particulier entre les garçons et les filles. On découvre les subtilités d’une géopolitique de l’espace public à l’échelle d’une cour d’école.   http://www.filmsdefemmes.com/

Faillir être flingué & Johnny Guitar

En présence de Céline Minard, présentation du film par l’écrivaine Céline Minard Ecran 2 Les médiathèques de Saint-Denis, en partenariat avec l’Écran, accueillent l’écrivaine, Céline Minard, pour son roman, Faillir être flingué, paru aux éditions Rivages, Prix du Livre Inter 2014, élu Roman favori des comités lecteurs des médiathèques. « À ce western des origines, véritable épopée fondatrice, tantôt lyrique, dramatique ou burlesque… Vibrante célébration des frontières mouvantes de l’imaginaire…», nous avons choisi d’associer le film de Nicholas Ray, Johnny Guitare. Ces deux oeuvres où flamboient plusieurs figures de femmes puissantes célèbrent la Journée des femmes, en ce mois de mars.   JOHNNY GUITARE DE NICHOLAS RAYÉtats-Unis/1954/couleur/1h50/VO sous-titréeavec Joan Crawford, Sterling Hayden, Mercedes McCambridge, John CarradineTenancière d’un saloon, Vienna embauche Johnny Logan comme musicien, un homme qu’elle a connu autrefois. Ils vont être en proie à la haine d’Emma Small, jalouse de Vienna et de sa relation avec le héros local, le “dancing kid”, qu’elle croit à l’origine de la mort de son frère, lors d’une attaque de diligence. Johnny Guitar « Lie to me » Scene