Soirée d’ouverture du 10è PCMMO : No Land’s song

En partenariat avec TV5 Monde en clôture de la Quinzaine antiraciste et solidaire de Saint-Denis. Rencontre avec Ayat Najafi et Sara Najafi, compositrice et héroïne du film, à l’issue de la projection. Ayat Najafi et Sara Najafi Ecran 1 avant-premièreNO LAND’S SONGDE AYAT NAJAFIAllemagne–France/2014/couleur/1h31/VO sous-titrée/documentaire   10e édition du Panorama des Cinémasdu Maghreb et du Moyen-Orientà l’Écran du 31 mars au 5 avril 2015   En Iran, depuis la révolution de 1979, les femmes n’ont plus le droit de chanter en public, tout au moins en solo et devant des hommes. Défiant la censure, Sara Najafi, jeune compositrice iranienne, tente d’y organiser un concert officiel pour des chanteuses solistes, interrogeant de front les tabous qui font loi. Pour soutenir leur combat, Sara et ses amies chanteuses, Parvin Namazi et Sayeh Sodeyfi, invitent trois artistes françaises, Élise Caron, Jeanne Cherhal et Emel Mathlouthi à venir les rejoindre pour collaborer à leur projet musical, en initiant un nouveau pont culturel entre la France et l’Iran. Mais parviendront-elles enfin à se retrouver à Téhéran, à chanter ensemble, sur scène et sans entraves et ainsi, à ouvrir une porte vers une nouvelle liberté des femmes en Iran?

Cinéma du réel, hors les murs : Noche herida

Venez au réel à Saint-Denis. Ecran 2 Les étudiants de l’Université Paris 8 du master « Politiques et gestion de la culture en Europe » de l’Institut d’études européennes, encadrés par leur professeur, Pauline Gallinari, présentent un film issu de la compétition de la 37e édition du Festival international de films documentaires, Cinéma du réel.   Cinéma du réel, du 19 au 29 mars 2015, au Centre Pompidou à Paris   NOCHE HERIDA DE NICOLAS RINCON GILLE Déplacée de sa campagne par la violence, Blanca occupe depuis peu un baraquement à la frontière de Bogota avec ses trois petits fils. En pleine crise d’adolescence, Didier, l’ainé s’éloigne déjà vers l’incertain. Avec l’aide des âmes bénites, Blanca se bat pour le protéger à distance, et veille sur les deux plus jeunes, John et Camilo, de peur qu’ils ne s’égarent aussi…   Le portrait d’une grand-mère qui lutte pour l’avenir des siens. Un récit millénaire sur les exclus du monde moderne Nicolas Rincon Gille – « Noche herida »

La sapienza

Rencontre-lecture avec Christelle Prot Landman, comédienne. Christelle Prot Landman Ecran 2 LA SAPIENZA D’EUGÈNE GREENFrance-Italie/2014/couleur/1h44/VO sous-titréeavec Fabrizio Rongione, Christelle Prot Landman, Ludovico Succio, Arianna Nastroen sortie nationale / programmation sur une semaine   À cinquante ans, Alexandre a derrière lui une brillante carrière d’architecte. En proie à des doutes sur le sens de son travail et sur son mariage, il part en Italie, accompagné de sa femme, avec le projet d’écrire un texte qu’il médite depuis longtemps sur l’architecte baroque, Francesco Borromini. En arrivant à Stresa, sur les rives du Lac Majeur, le couple fait la connaissance de deux jeunes gens, un frère et une soeur, d’une beauté angélique, qui donneront un tout autre tour à cette échappée italienne.   On attendait depuis La Religieuse portugaise, il y a cinq ans, des nouvelles de ce cinéaste précieux, amoureux du baroque, mélomane et lettré, que nous aimons à l’Écran. Dès son premier film, Toutes les nuits (pour lequel, Christelle Prot a reçu le Prix Michel-Simon, en 2001), naissait un univers singulier et raffiné où l’amour de la langue cisèle des plans admirablement composés, où une distance bressoniennemagnifie sentiments et émotions. Plus que tout autre, La Sapienza est un film sur la lumière. Celle de l’Italie d’abord. Celle qu’Alexandre, architecte célèbre, échoue encore à capter dans ses oeuvres. Celle que Borromini, lui, est parvenu à saisir – l’architecture conçue comme la création d’espaces où les gens peuvent trouver l’esprit et la lumière. La lumière, c’est aussi celle qui a déserté le couple, hanté par une présence fantomatique, auquel une seconde vie peut être donnée dans une transmission filiale avec le frère et la soeur. La lumière, c’est enfin celle qu’irradie Christelle Prot Landman, apparition intense d’une actrice inattendue, à la voix cristalline, dont l’éclat du regard et la beauté semblent venus d’un autre âge. La Sapienza, d’Eugène Green – Bande-annonce

Rendez-vous du cinéma : Papa ou maman

En partenariat avec la Maison des seniors/CCAS de la Ville de Saint-Denis. Ecran 1 PAPA OU MAMANDE MARTIN BOURBOULONFrance/2014/couleur/1h25avec Marina Foïs, Laurent Lafitte, Alexandre Desrousseaux, Anna Lemarchand, Achille Potier, Judith El Zein, Michaël Abiteboul. Florence et Vincent Leroy ont tout réussi. Leurs métiers, leur mariage, leurs enfants. Et aujourd’hui, c’est leur divorce qu’ils veulent réussir. Mais quand chacun reçoit la promotion dont il a toujours rêvé, la vie de couple vire au cauchemar. Dès lors, les ex-époux modèles se déclarent la guerre et ils vont tout faire pour ne pas avoir la garde des enfants.   La première partie du film est consacrée au couple, parents attentionnés, qui ne sait pas comment dire à ses enfants qu’il divorce. La seconde partie met en scène la bagarre des parents pour se débarrasser de leurs enfants, créant une situation de comique trash décalé!   Prix du Public au Festival du film de comédie de l’Alpes-D’Huez