Les combattants : rencontre avec Thomas Cailley

Mercredi 3 septembre à 20 heures. Rencontre avec le réalisateur à l’issue de la projection. Ecran 2 mercredi 3 septembre à 20 heures rencontre avec le réalisateur à l’issue de la projection La soirée sera introduite par la projection exceptionnelle de Paris Shanghai (25’), court métrage de Thomas Cailley Ce film a bénéficié de l’Aide au Film court, dispositif d’aide à la création du département de la Seine-Saint-Denis.   Les Combattants de Thomas Cailley France/2014/couleur/1h38 avec Adèle Hænel, Kévin Azaïs, Antoine Laurent, Brigitte Roüan, William Lebghil Prix SACD – Label Europa Cinéma / Quinzaine des réalisateurs – Cannes 2014   Entre ses potes et l’entreprise familiale, l’été d’Arnaud s’annonce tranquille… Jusqu’à sa rencontre avec Madeleine, aussi belle que cassante, bloc de muscles tendus et de prophéties catastrophiques. Il ne s’attend à rien ; elle se prépare au pire. Jusqu’où la suivre alors qu’elle ne lui a rien demandé ? C’est une histoire d’amour. Ou une histoire de survie. Ou les deux. Elle est une jeune femme solitaire et un peu garçonne, une survivaliste qui poursuit un entraînement militaire pour se préparer à l’apocalypse. Lui est un apprenti menuisier, paumé entre un milieu familial sclérosant et ses envies d’ailleurs. Ils se rencontrent un été sur un bord de mer, se défient et finiront par se séduire au terme d’un film délirant entre la chronique teen et l’aventure épique.   Un film tombé de nulle part qui donne le sentiment euphorisant qu’il ne faut désespérer ni du cinéma français ni de sa relève par de nouveaux auteurs. Les Combattants, premier long métrage de Thomas Cailley, est une merveilleuse surprise !   «Un film à l’humour fou qui tient à l’extrême qualité des dialogues qui ne placent pas les gags comme on placerait des produits et surtout à l’intensité des deux acteurs principaux, dont bien des mines – surtout quand ils font la gueule  – sont naturellement comiques : Kévin Azaïs tout de douceur lunaire, Adèle Haenel pleine de son étrange bonté solaire qui consiste à prédire environ toutes les quatre minutes l’apocalypse de tout.» Gérard Lefort (Libération) Les Combattants — Bande annonce

Tombola Planes II : Les résultats

Après un tirage au sort sous tension, voici les noms des 10 gagnants !!! Bravo aux vainqueurs !!! Nous les attendons à l’accueil du cinéma (durant les horaires d’ouverture) pour leur remettre leurs cadeaux.   LISTE DES GAGNANTS :   WALID GAHAM (7 ans 1/2) remporte la montre Planes 2 MELISSA ABBOU (10 ans) remporte un cerf-volant Planes 2 VICTORE PROCA (9 ans) remporte un cerf-volant Planes 2 SAÏD KHEDDACHE (6 ans) remporte un tee-shirt Planes 2 SAMUEL GUILLO (5 ans) remporte une casquette Planes 2 EMERAUDE BATTA-BAMACK (9 ans) remporte un cahier Planes 2 SATIRA MBOUS (3 ans) remporte une lampe porte-clefs Planes 2 MERIAM LABLACK (7 ans) remporte une lampe porte-clefs Planes 2 GABRIELLE JOURNET-GOOD (8 ans) remporte une lampe porte-clefs Planes 2 MARIE RECAYTE (12 ans) remporte une série d’autocollants Planes 2   MERCI À TOUS !…Rendez-vous prochainement pour un nouveau concours et d’ici là, nous vous attendons nombreux pour le CINE-CHANSON « Et les livres s’animent… » le SAMEDI 20 SEPTEMBRE à 15H (avec le groupe Yucca Velux).  

Avant-première : Bande de filles

Rencontre avec Céline Sciamma à l’issue de la projection. Bande de filles de Céline Sciamma France/2014/couleur/scope/1h52 avec Karidja Touré, Assa Sylla, Lindsay Karamoh, Mariétou Touré, Idrissa Diabaté Quinzaine des réalisateurs – Cannes 2014   Marieme vit ses seize ans comme une succession d’interdits. La censure du quartier, la loi des garçons, l’impasse de l’école. Sa rencontre avec trois filles affranchies change tout. Elles dansent, elles se battent, elles parlent fort, elles rient de tout. Marieme devient Vic et entre dans la bande, pour vivre sa jeunesse.   Après Naissance des pieuvres, prix Louis-Delluc du premier film, et le beau succès de Tomboy, Bande de filles a fait sensation au dernier festival de Cannes. Karidja, Assa, Lindsay et Mariétou qui illuminent Bande de filles se sont imposées au terme d’un casting sauvage d’une centaine de candidates. Proches des personnages qu’elles incarnent, les quatre jeunes filles ont apporté à la cinéaste – qui leur offre en retour un somptueux écrin – leur flow, leur énergie et leur jeunesse magnifique. Un film tendre, libre et vivant, à rebours des clichés sur la banlieue, à découvrir absolument ! BANDE DE FILLES Bande Annonce Teaser

Mange tes morts : rencontre avec Jean-Charles Hue (avant-première)

Samedi 13 Septembre 2014. Rencontre avec Jean-Charles Hue et des comédiens du film à l’issue de la projection Ecran 2 AVANT-PREMIERE samedi 13 septembre à 20h30 rencontre avec Jean-Charles Hue et des comédiens du film à l’issue de la projection   Mange tes morts de Jean-Charles Hue France/2014/couleur/1h34 avec Jason François, Michaël Dauber, Frédéric Dorkel, Moïse Dorkel, Christian Milia-Darmezin Quinzaine des réalisateurs – Cannes 2014 Prix Jean-Vigo 2014   Jason Dorkel, dix-huit ans, appartient à la communauté des gens du voyage, les Yéniches. Il s’apprête à célébrer son baptême chrétien alors que son demi-frère aîné, Fred, revient après plusieurs années de prison. Ensemble, accompagnés de leur dernier frère, Mickael, un garçon impulsif et violent, les trois Dorkel partent en virée dans le monde des gadjos à la recherche d’une cargaison de cuivre.   «Jean-Charles Hue a commencé à fréquenter cette communauté – il a lui-même des ascendances yéniches – de longue date comme vidéaste et plasticien. Son passage à la fiction se fait donc sur une base de partage avec ses modèles, dans un mélange proprement sidérant entre la chronique documentaire et le bon vieux film noir (…) L’enjeu du film verra Jason, le jeune demi-frère de Fred, contraint de choisir, à la veille de son baptême évangélique, entre la voie de raison incarnée par son cousin et ange gardien, Moïse, et celle du grand défi incarné par l’ange noir, Fred (…) Course aveugle dans la nuit, rendez-vous avec le destin, cri de rage jeté voluptueusement à la face du ciel, Mange tes morts est une histoire aussi bien de fidélité à ce que l’on est, à une vie de risque et de mouvement, quoi qu’il en coûte, quoi qu’on en pense. C’est toute la beauté du film : montrer le prix de la liberté.» Jacques Mandelbaum (Le Monde)